Catégorie

Actualité

Des études scientifiques ont débuté afin de mieux connaître et comprendre la présence du microplastique dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

Nicolas Toupoint vit avec sa petite famille sur l’île de Batz, île bretonne, depuis 2018. Il est chercheur industriel de la station biologique de Roscoff du Centre d’expertise en mariculture.

Il travaille également pour Merinov depuis plusieurs années. Il arrivait pour son doctorat en océanographie dans l’archipel en 2007, mais depuis deux ans, fait partie de l’équipe comme travailleur détaché. Il s’active désormais à différents projets bilatéraux France-Québec, relativement au domaine maritime et parmi ceux-là, celui concernant l’étude intitulée Les microplastiques dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent : état des lieux environnemental et social, grâce au bailleur de fonds du Réseau Québec Maritime par le biais d’Odyssée Saint-Laurent.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

La levée graduelle des points de contrôle des régions était annoncée par la vice-première ministre, Geneviève Guilbeault, le mercredi 29 avril dernier.

« Même si on rouvre les régions, toutes les mesures de distanciation doivent être maintenues, surtout pour les personnes vulnérables. C’est important de continuer à suivre les recommandations de la santé publique. La situation progresse au Québec, mais ce n’est pas le temps de crier victoire. Il faut demeurer très prudents, ce n’est surtout pas le moment de relâcher tous nos efforts de distanciation. Si on réussit à continuer de faire tout ça, on va réussir à relancer le Québec sans relancer la pandémie. » — Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

À une semaine du retour en classe prévu le 11 mai, la directrice de la commission scolaire, Brigitte Aucoin, calcule que ce sont 78 % des élèves qui vont revenir sur les bancs d’école (494 élèves sur un total de 625), un chiffre qui peut évoluer dans le temps puisque les parents peuvent toujours se raviser, explique-t-elle, « pourvu qu’ils nous informent une semaine à l’avance ».

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Le musicien et compositeur madelinot, Éloi Painchaud, lance ces jours-ci un projet collectif virtuel afin d’unir tous les Madelinots et amoureux des Îles. Il s’agit d’une plateforme web intitulée leponchon.com où seront compilés, jour après jour, de la mise à l’eau des casiers jusqu’à la fin de la pêche, des témoignages sous différentes formes qui composeront une grande mosaïque porteuse d’espoir.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Tandis que les épiciers voient leurs coûts d’opération exploser en raison des mesures sanitaires, les grossistes en alimentation qui approvisionnent les restaurants et les dépanneurs d’un bout à l’autre de l’archipel, tentent de répondre au mieux aux besoins.

Visites moins fréquentes à l’épicerie, plus gros paniers, paiement par carte, en plus de composer avec les nouvelles habitudes d’achat des gens, les marchés d’alimentation allouent beaucoup d’heures et de main-d’œuvre à la gestion des mesures sanitaires. C’est la nouvelle réalité à laquelle ils doivent faire face.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Le ministère des Pêches et Océans, après plusieurs rencontres avec l’industrie, maintient la date du 9 mai pour l’ouverture de la pêche au homard de la zone 22, où pêchent les 325 homardiers Madelinots.

Sa fermeture est officiellement prévue le 11 juillet, mais pourrait devoir se terminer plus tôt si les prix n’y sont pas, d’expliquer le président de l’Office des pêcheurs de homard des Îles de la Madeleine, Pascal Chevarie.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Le directeur régional de la santé publique, Dr Yv Bonnier-Viger, en point de presse le lundi 27 avril dernier, explique que la situation épidémiologique est stable dans la région depuis deux semaines. « Même s’il y avait un peu plus de cas prochainement, un certain plateau a été atteint », mentionne-t-il. « On pourrait très bien avoir un plateau un peu plus élevé sans que ça remette en question notre système de soins, notre capacité à soigner les gens […] On est prêts (au déconfinement), tout en restant sous haute surveillance. »

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Il n’y a pas eu de rassemblement le 22 avril pour célébrer le 50e anniversaire du Jour de la Terre. Cette année, malgré la situation liée à la COVID-19 et dans le respect des mesures de distanciation sociale, des dizaines de Madelinots ont participé seuls ou en famille à l’activité « Je partage mon temps, pas le Virus ». Dans le cadre de l’initiative Un coup de main pour la nature, menée par Attention FragÎles et la Société de conservation des Îles-de-la-Madeleine, les citoyens de l’archipel étaient invités à participer à un grand nettoyage de printemps de leur environnement naturel.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Une centaine de personnes assistaient à la conférence téléphonique de la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, le jeudi 16 avril dernier, une rencontre avec les acteurs et entreprises de l’industrie organisée par la Communauté maritime. Plusieurs questions lui étaient adressées alors que cette industrie fait partie, avec la pêche, des deux principaux moteurs économiques qui permettent le développement de l’archipel.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

De la mi-juin à la fin septembre, 5 000 croisiéristes montent à bord du CTMA Vacancier à partir de Montréal et visitent les Îles durant trois jours, ce qui représente chaque année des retombées économiques directes et indirectes estimées à 12 M$ pour l’archipel.

Étant donné l’évolution de la pandémie de la COVID-19 et considérant que 62 % de sa clientèle a plus de 65 ans, la direction de la CTMA a pris la décision d’annuler, le 15 avril, sa 19e saison de croisières Montréal-Îles de la Madeleine.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

C’est mercredi de la semaine dernière que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, confirmait l’aide de la Prestation canadienne d’urgence encore plus élargie. Les gens peuvent désormais gagner jusqu’à 1 000 $ par mois tout en percevant la PCU et l’on étend la prestation d’urgence aux travailleurs saisonniers qui ont épuisé leurs prestations régulières d’assurance-emploi et qui ne sont pas en mesure d’entreprendre leur travail saisonnier régulier en raison de l’épidémie de COVID-19.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest