Catégorie

Actualité

Son entreprise, Organilab, est derrière la première ruelle verte à voir le jour à Trois-Rivières. Conçue pour combattre les îlots de chaleur, celle-ci offre aux citoyens un espace vert au centre-ville en plus d’un lieu culturel en plein-air. Biotechnologue de profession, la Madelinienne est aussi créatrice du « Stimyla », un biostimulant pour les plantes conçu à base d’extraits d’algues marines et d’ingrédients bioactifs naturels.

Le Radar a rencontré Brigitte à Fernand à Armand au surf bar la Shed à l’Anse-aux-Baleiniers où travaille sa fille Amélie, qui est aussi copropriétaire. Si vous êtes passés par là récemment, vous avez sûrement remarqué les ingénieux jardins surélevés où poussent plus d’une vingtaine de variétés de fleurs, fruits, légumes et herbes, dont l’arrosage s’autorégule de manière autonome à partir d’un réservoir et d’un système qu’elle a imaginé. « Évidemment, j’utilise le Stimyla pour stimuler la croissance, la floraison et la production de fruits et légumes. »

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Des citoyens de l’Île d’Entrée ont interpellés Le Radar sur ce qui serait une problématique quant à l’accès aux toilettes publiques.

Des toilettes municipales sont installées depuis quelques années à l’Île d’Entrée, mais l’entretien ne serait pas adéquat alors qu’un camion s’y rend pour en faire le vide à trop peu d’occasion. Elles sont donc parfois fermées d’accès. En parallèle, les touristes (et visiteurs madelinots) à s’y rendre sont de plus en plus nombreux et bien que les résidents de l’Île d’Entrée interpellent les autorités sur le sujet, ils ne se sentent pas entendus puisque le problème est récurrent, affirment quelques-uns.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Flûte Passion : Mozart inaugurait officiellement le volet salle de spectacle qui s’ajoute aux fonctions de l’église de Havre-Aubert le mardi 27 juillet dernier.

Installés dans un décor appelant à la douceur et à un certain mysticisme, Nadia Labrie, flûtiste, et son quatuor : Antoine Bareil au violon, Isaac Chalk à l’alto et Benoit Loiselle au violoncelle, baptisaient l’espace spirituel.

Dans le cadre de la programmation du Vieux Treuil, le spectacle est le premier dans le lieu que Jeannot Painchaud, cofondateur du Cirque Éloize, souhaite faire devenir pôle culturel, de création et diffusion. Il explique qu’une scène solide de 30 pieds par 50 pieds a été construite et que toutes les structures, qui sont autonomes, sont installées pour les spectacles tant musicaux, théâtraux que circassiens et n’empiètent pas sur le bâtiment, dont des investissements majeurs sont à prévoir à moyen terme. Pour sa part, le directeur général du diffuseur régional, Émile Deraspe, souligne la sensibilité de M. Painchaud au développement collaboratif alors qu’il approchait le Vieux Treuil au tout début de l’aventure pour s’assurer de la complémentarité de leur mission et d’un projet soutenu par le milieu.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Après une crise sans précédent, la saison estivale a commencé plus tôt avec un achalandage en juin supérieur à ce qu’il était en 2019. Si l’annonce d’un Fonds d’aide au tourisme du gouvernement fédéral est accueillie favorablement, les entrepreneurs du secteur interrogés par Le Radar constatent une reprise en force de la saison touristique.

Alors que les vacances de la construction battent leur plein, la plupart des opérateurs, locateurs et hôteliers tentent de répondre au mieux à la demande. Au niveau de la restauration, les consignes sanitaires qui prévalent font en sorte que les établissements affichent pour la plupart complet pour la saison. Même chose pour les salles de spectacles qui doivent encore composer avec une capacité réduite.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Les secteurs du tourisme et du transport maritime ont été frappés de plein fouet par la pandémie de COVID-19 et, depuis les deux dernières années, les activités des croisières internationales ont été stoppées. C’est dernièrement que le gouvernement fédéral annonçait leur retour pour la fin de l’année, une réponse que l’on attendait depuis un certain temps dans le monde des escales…

Alors que l’on entrevoyait une possibilité à l’automne dernier d’une saison 2021 somme toute normale, il en a été autrement dès le début de l’année avec l’annonce d’une saison annulée pour une 2e année consécutive.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Mis en place en 2014 par le Bon goût frais des Îles, l’organisme a souligné récemment la fin du parcours de la première cohorte de finissants Petits Cuistots de la maternelle à la 6e année des cinq écoles primaires de l’archipel. À ce jour, c’est plus de 750 élèves qui ont participé aux ateliers de cuisine-nutrition et développé le goût de cuisiner à la maison des aliments sains.

Près d’une centaine d’élèves qui terminaient leur primaire cette année ont été récompensé non seulement pour leur assiduité en classe, mais aussi aux fourneaux. Chacun d’eux s’est vu remettre un tablier à l’effigie des Petits Cuistots et un livret contenant l’ensemble des recettes qu’ils ont faites durant leur parcours.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Le Comité sectoriel de main-d’œuvre des pêches maritimes (CSMOPM) vient de lancer un guide de dépeçage du phoque conçu en collaboration avec l’expert Réjean Vigneau, boucher et chasseur, et l’Association des chasseurs de phoques intra-Québec.

Destiné aux chasseuses et chasseurs de phoques commerciaux, le guide peut aussi être utile à celles et ceux qui visent une consommation personnelle. Illustré par la designer graphique Josée Lamontagne, son objectif est de rappeler les gestes à poser et les précautions à prendre pour préparer et transporter le phoque jusqu’à l’acheteur en évitant toute contamination de la viande ou de la graisse, afin que les humains puissent consommer ces produits en toute sécurité.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

C’est avec satisfaction que le maire des Îles, Jonathan Lapierre, recevait l’annonce concernant le port de Cap-aux-Meules, faite par le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en compagnie de Diane Lebouthillier, députée ministre de la région, par le biais d’une conférence virtuelle le mercredi 14 juillet dernier. Le port sera soustrait du programme de transfert des installations portuaires du gouvernement et une solution temporaire ajoutée en attendant un développement à moyen long terme.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

La campagne de vaccination est un succès sur l’archipel. Le directeur de la santé publique régionale Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Dr Yv Bonnier-Viger, souligne que c’est très encourageant alors que l’on souhaite éviter une 4e vague en septembre avec le variant Delta. « Les Madelinots sont vraiment conscients de la vulnérabilité d’une société qui vit en isolement, sur un relativement petit territoire. Je pense qu’un bon travail de sensibilisation a été fait par les équipes du CISSS des Îles et de la Santé publique, ce travail-là a donné d’excellents résultats comme on peut le voir, les gens vont en bénéficier parce que s’il y a une autre vague, ils seront beaucoup moins touchés. »

La présidente-directrice générale du CISSS des Îles, Jasmine Martineau, spécifie que 84,3 % de la population totale des Îles a reçu une première dose et l’on est à 76,1 % pour la 2e dose.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Le gestionnaire administratif d’Écofaune Boréale, Louis Gagné, était dernièrement de passage dans l’archipel pour aller à la rencontre d’une douzaine d’intervenants ou intéressés par l’industrie du phoque, particulièrement devant le potentiel de développement d’un volet tannerie qui valoriserait la peau de l’abondant mammifère marin. Une idée qui enthousiasme les acteurs du monde du loup-marin.

Le tout jeune centre collégial de transfert technologique en fourrure nordique du cégep de St-Félicien, opéré depuis 2018, est soutenu par le ministère de l’Économie et de l’Innovation ainsi que par le ministère de l’Éducation supérieure. Il est dédié à la fourrure et au cuir.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

D’une cinquantaine en 2019, l’entreprise LA Renaissance des Îles emploie cette année près de 90 mexicains pour transformer ses fruits de mer. En excluant 2020 en raison de la pandémie, il s’agit de la quatrième année que l’usine engage cette précieuse relève pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre. Le Radar a rencontré les responsables et des travailleurs à la nouvelle résidence sur le chemin du Gros-Cap.
Les Mexicains sont accueillants et chaleureux, on a l’impression de rendre visite à la parenté, « mi casa es tu casa », dit Francisco, visiblement heureux d’être là. Arrivés aux Îles le 24 avril, les deux cuisiniers habitent l’état de Tabasco, au sud-est du pays, en bordure du golfe du Mexique. C’est leur première expérience de travail à l’étranger.

« Les Madelinots sont très gentils, on s’est tout de suite sentis acceptés par la communauté. On aime la poutine au homard, et on aime aussi beaucoup le climat, au Mexique il fait très chaud, en ce moment c’est proche de 45 degrés. »

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Des travaux de déboisement le long du chemin des Barachois, à Portage-du-Cap, effectués par le Club de motoneigistes du Havre-Aubert (CMHA) suscitent la consternation de certains citoyens.

Un nouveau chemin de près d’un kilomètre a été tracé et déboisé sur des terres publiques au mois de novembre dernier pour faciliter le passage des motoneigistes. La Municipalité et le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles confirment que le CMHA a procédé à l’opération d’abattage sans avoir obtenu au préalable le permis.

Une demande de permis avait été faite à la Municipalité, mais plusieurs étapes restaient à franchir avant d’autoriser les travaux. Il s’agit d’un projet sur lequel le Club travaillait depuis un an et une subvention de 22 000 $ leur avait été accordée par la Fédération québécoise des clubs motoneigistes à cet effet.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest

La Municipalité, avec l’aide de la Croix-Rouge, est à compléter l’installation d’un centre d’hébergement temporaire au 2e étage de l’aréna de Havre-aux-Maisons afin d’accueillir les résidents qui se retrouvent sans logement pour la période estivale.

Au moment d’écrire ces lignes, au moins cinq ménages n’avaient toujours pas trouvé un nouveau logis. La crise du logement qui sévit aux Îles et qui s’étend présentement à tout le Québec a des répercussions dramatiques pour des centaines de ménages actuellement à risque de se retrouver à la rue. Le coût élevé des logements et le manque de logements sociaux pour répondre à ces besoins expliquent en grande partie la situation actuelle.

0 Facebook Twitter Google + Pinterest
Articles plus récents