La racine de l’arbre

Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de mon pepé Bourque. Je résumerais ça à un harmonica en clé de ré qui lui appartenait même si je ne l’ai jamais entendu en jouer… Une image mentale floue de lui assis dans son la-z-boy, la jambe croisée, presque dos à la télé… Un souvenir très précis de son étable, même si j’y ai plus vu mon père y travailler que lui… Son vieux tracteur rouge qui sentait le métal chauffé quand on le startait… Et un goût de hareng . . .

______________________________________

Ce contenu est réservé aux membres de l'édition électronique.

Pour vous abonner, cliquez ici !

Retour en haut