Author

Hugo Bourque

    J’réfléchis, Arthur, j’réfléchis…

    À quoi?

    Chut!

    J’dirais… 1,5 million! 

    Hein?

    1,5 million. D’après moi, j’suis capable de vendre ma maison 1,5 million facile!

    Ben t’es perrdu nette, frrette, sec! Voirr si tu peux vendrre une maison à Fatima pourr 1,5 million, ben t’es sauté massif! Ta maison vaut pas mon tchu!

    J’le sais qu’à vaut pas ça, mais j’devrais pouvoir la vendre c’te prix-là pareil. Heille, une maison typique des Îles, à moins de dix kilomètres d’un quatre stops. Y’a pas un tourisse qui va cracher là-d’ssus. 

    Ben c’est justement ça l’prroblème. Ça commence à chialer pas mal su’ Interrnet. Les Îles apparrtiennent même pus aux Madelinots! Ça fait frrrayeurr!

    Arrête-ouare tes armenas. Si j’me fie à mon dernier compte de taxes municipales, y’a une coupe d’affaires qui m’appartiennent pareil encore par ici…

    * * * * *

    Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

    1 juillet 2022 Aucun commentaire
    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Personnellement, je crois qu’on est rendu à l’étape d’arrêter d’inviter les gens à venir nous visiter. Les Îles sont populaires, il y aura toujours des touristes. Mais à condition que notre offre reste intacte. Les gens viennent nous visiter pour notre charme, notre hospitalité, nos beaux espaces, notre culture. On ne peut pas se permettre de sacrifier qui nous sommes et notre beau milieu simplement pour répondre à la croissance qui doit aller en montant toujours et toujours. Tout ça doit tenir dans un fragile équilibre.

    1 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • T’as su ça, pourr les Fous d’Bassin? Pis là, j’t’averrtis bien d’ton Saint-Salut. Pas de joke de pas fité qui viendrrait du Bassin, parrce que j’vas te l’ver la peau.

    C’est bien mal me connaître. 

    Au contrrairre, Everrade. Au contrrairre. Fait que? As-tu su que finalement c’était la grrippe aviairre?

    Ben oui, heille. Si ça avait été une grippe avion, j’aurais pu comprendre. Y fait assez frette là-d’dans… juste de quoi pour poigner la grippe. Mais une grippe aviaire… Quosse qu’y vont faire avec ça astheure? Y vont t’i’ forcer les oiseaux à porter un masque su’ l’bec, pis d’s’laver les plumes à tous les fois qu’y vont rentrer dans un lieu public?

    Godam de neuillasse, toi! Non, mais c’est trrisse parreil. Parreil affairre d’oiseaux morrts su’ les plages. Quisse qui va rramasser ça, astheurre?

    J’connais tcheuque propriétaires de Poulet Frit Kentucky qui te feraient tout un snack avec ça, en tous les cas!

    Ben es-tu fou? Y disent qu’y faut absolument pas qu’on touche à ça. 

    1 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Dans le temps, quand je jouais aux fusils, tout le monde autour se foutait pas mal de qui allait gagner et qui allait mourir. Au début, les grands s’y intéressaient un peu, mais rapidement ils passaient à autre chose. C’était un jeu, donc c’était bien normal. Malheureusement, ce qui se déroule sous nos yeux en Ukraine est bien réel. Ce n’est vraiment pas un jeu. Et pourtant, au début, on s’y intéressait un peu, mais rapidement on est comme passé à autre chose. On s’en fout même pas mal, on dirait. On détourne le regard. On va même jusqu’à lever les yeux au ciel quand on en parle aux nouvelles. Pourtant, ce n’est pas des ennemis invisibles comme les miens qui menacent la population là-bas et ce n’est pas avec des fusils à pétard qu’ils attaquent. Ce qui nous inquiétait au début commence à nous indifférer.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • J’sais pas si c’est comme ça pour tous les Madelinots déportés loin de chez eux, mais c’est à peu près à ce temps-ci de l’année que l’ennuyence me prend par les boyaux et me chavire de côté. Comme une urgence urgente de remettre mes racines dans l’eau salée du golfe pour les réhydrater de la bonne manière, avec juste la bonne dose de sel, de sable et de goémon.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Bon, il est rr’venu chez eux !

    De qui c’tu parles ?

    De toi, quosse tu penses ?

    Mais yousse que j’étais, si t’es si bollé qu’ça ?

    T’as pas été accueillirr Éloi Cummings au bateau ?

    Ben t’es à moitié fou, pis l’autre moitié est pas plus fine ! Non, non, j’étais pas là. Ben pas pour ça, en tous les cas. 

    Pas pourr ça… ?

    Non, non. J’ai juste été faire un tour sur l’quai. Ça adonne que c’était c’te journée-là… à c’t’heure-là. 

    Ah, mon god, toi ! Assume, tête à pâté ! 

    Quoi « assume » ? J’assume en masse.

    1 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Quand on grandit dans les années 80 et 90 dans une petite région comme les Îles, les occasions de voir des spectacles marquants, qui changent même le cours d’une vie, sont un peu plus minces qu’ailleurs. Oh, il y en a bien eu quelques-uns, évidemment. On a d’ailleurs toujours eu très hâte qu’Arrimage sorte sa fameuse Programmation culturelle annuelle et ainsi découvrir quels artistes avaient été invités par nos salles de spectacle. J’en ai vu au Centre récréatif, au Centre civique, Chez Wendel, au Vieux Treuil, à la Légion canadienne, à l’Auditorium de la Polyvalente… Et chaque fois, c’était magique. 

    Puis, un jour, mon frère et sa blonde se planifient un voyage à Québec avec un petit crush vers Montréal pour aller voir un show, et proposent de m’amener avec eux. Bon… ils proposent ou je m’impose. Bref, j’embarque! Quand j’ai appris que le spectacle qu’on irait voir dans la grande ville était celui de Patrick Huard au théâtre Saint-Denis, j’ai viré de t’ssous! J’allais enfin mettre les pieds dans la mythique salle qui avait vu passer tous ces galas Juste pour Rire qui ont tant bercé mon enfance. En plus, je capotais sur Patrick Huard. Tout ça la même soirée, je n’allais peut-être jamais m’en remettre.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Farrce à parrt, me semble que le monde a capoté pas mal avec Eloi parreil. Non? Me semble que ça chiale. Pourrtant, y’a sûrrement pas juste le monde des Îles qui votent pourr lui, djypentwice. On est pas une si grrosse gang que ça, pis en plus on peut pas voter autant d’fois que le monde de l’extérrieurr. Laissez-le trranquille!

    Justement, Arthur. J’pense que le monde a oublié que ces concours-là, c’est pas des concours de chant. C’est des concours de popularité. Si Eloi et plus aimé que toi, t’auras beau me hucher que t’es malade et complètement malade à pleine tête, tu vas perdes pareil. That’s it, that’s all. Ça pareil comme les élections, ça. 

    Quosse tu veux dirre parr là, toi? 

    C’ui-là qui gagne, c’est tout l’temps c’ui-là qui réussi à nous faire chanter le plus dans not’ salon.

    Bien dit ça, mon Everrade!

    1 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Avec le recul, je trouve que la religion permettait également une sorte de paix d’esprit. Il me semble qu’on devait être plus zen en sachant qu’il y avait quelqu’un, au-dessus de nous, qui veillait au grain. En priant pour qu’il nous aide avec nos différents petits et grands tracas, c’est comme si on n’était plus seul à s’en inquiéter et surtout à s’en occuper. Et quand le résultat escompté n’arrivait pas, on pouvait se dire : « On dirait bien que c’est pas c’qu’le bon Djeu voulait pour moi ». C’est comme croire au destin; ça doit t’enlever une couche de responsabilité malsaine quand quelque chose échoue autour de toi. « C’est pas d’ma faute, c’est le destin qui a voulu ça d’même. » 

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Malheureusement, on dirait bien que le côté « Un pour tous et tous pour un » a tendance à s’effriter de nos jours. On se regarde vivre et on ne se compare plus pour se consoler, mais plutôt pour entretenir une jalousie profonde de l’autre. « Un contre tous et chacun pour soi », voilà la nouvelle devise qui s’inscrira en nous si on ne fait pas attention. De nos jours, on favorise des contacts virtuels même quand c’est possible de se voir. Nous sommes tous tombés en amour avec le télétravail, malgré le fait qu’il nous force à viser l’efficacité et rien d’autre. On se texte même au lieu de s’appeler. Et si on est vraiment obligé de s’appeler, on se texte avant pour être certain de ne pas déranger. On peine à aider notre voisin, c’est même juste si on lui parle. Comme si on avait peur que ce soit mal interprété de sa part. À un autre niveau, l’Ukraine demande de l’aide des autres pays pour venir à bout de la Russie. Pourtant, encore à ce jour, aucun pays n’a osé se lancer dans la mêlée…

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Ça a pas rrapporrt, mais as-tu vu l’acteurr amérricain qu’a tapé sur la djeule à un gars qui s’avait moqué d’sa femme?
    Eh godam, hein? Il l’a pas manqué, pareil! Moi, si fallait que j’étampe tous ceux-là qui s’moquent de la mienne, j’serais pas claire.
    Non, pis faudrrait quasiment que tu commences parr t’étamper toi-même.
    Oui, tu l’as dis!

    1 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Seize ans. Période de grands bouleversements pour certains, de remises en question et de recherches de soi pour d’autres. Pour Eloi Cummings, seize ans sera l’âge qu’il avait lorsqu’il a participé à Star Académie, et qu’il a chanté devant des millions de téléspectateurs. Pas banale, comme histoire à raconter plus tard!

    Dimanche passé, j’ai eu la chance d’être présent au grand variété de Star Académie. J’ai pu entendre, applaudir, siffler et encourager Eloi dans la poursuite de son rêve. En arrivant là-bas, j’ai failli avaler ma gomme de voir autant de monde des Îles dans la place. C’était capotant! Pas mêlant, ça sentait quasiment le Dixie Lee. Quand, avant le début de l’émission, ils nous ont présenté les académiciens, on a tout de suite donné le ton. Les « Eloi! Eloi! Eloi! » ont commencé à pleuvoir. Ça criait de partout. Ça m’a donné chaud à la fibre!

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
Articles plus récents