Loin des yeux…

C’est cliché, mais le décès subit de mon amie Annie a remis certaines de mes pendules à l’heure. La maxime « loin des yeux, loin du cœur » n’a été inventée que pour se donner bonne conscience. Surtout avec l’apparition de nos différents moyens de communication. « Ne pas avoir le temps de prendre des nouvelles de nos amis », c’est plutôt « prendre la décision de mettre son temps ailleurs ». L’éloignement physique n’entraîne pas nécessairement l’éloignement affectif. Et il n’en tient qu’à nous d’entretenir nos relations . . .

______________________________________

Ce contenu est réservé aux membres de l'édition électronique.

Pour vous abonner, cliquez ici !

Retour en haut