Le bonheur est possible après

Parce qu’elle voulait reprendre le pouvoir des mains de son agresseur, Nathalie Simard a brisé  25 ans de silence en dénonçant Guy Cloutier. C’était en 2004. Le chemin a été long et ardu. Mais le bonheur est possible après, c’est le message d’espoir qu’elle a transmis le 5 mai dernier en partageant son histoire devant une salle comble à la salle de spectacle aux Pas Perdus. 

Invitée par le CALACS l’Espoir des Îles, il s’agissait d’une première visite aux Îles pour la chanteuse-conférencière qui s . . .

______________________________________

Ce contenu est réservé aux membres de l'édition électronique.

Pour vous abonner, cliquez ici !

Retour en haut