Author

Michel Saint-Laurent

    michelstlaurent

    Aux Îles de la Madeleine, nous savons tous l’importance que revêt la pêche pour la vie économique de l’archipel. Avec le tourisme, c’est un secteur d’activité névralgique pour toute la communauté. Bon an, mal an, environ 30 % de la population active travaille dans les industries des pêches commerciales et de la transformation de poissons et de fruits de mer. Notre région représente 70 % de la valeur de la production maricole et est la première, au Québec, en ce qui a trait à la pêche au homard. Sans la pêche, plein de gens, hommes et femmes, devraient se trouver un autre emploi, et on sait que les possibilités aux Îles ne sont pas légion.

    Il est donc primordial de s’assurer de la pérennité de cette ressource. Or, deux phénomènes actuels pourraient venir y porter atteinte.

    * * * * *

    Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

    12 avril 2019 Aucun commentaire
    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Récemment, je vous ai parlé des inégalités économiques croissantes, dans maints pays, entre une poignée de riches comme Crésus et la grande majorité des autres habitants. Au lieu de se résorber, on constate que ces écarts de richesses s’accentuent. Et qui plus est, ces nababs s’arrangent encore pour ne pas payer leur juste part de taxes et d’impôts, grevant ainsi l’État des deniers publics requis afin qu’il puisse remplir la mission sociale qui est la sienne.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Steeve Chiasson, alias « Stech », pour les intimes, revendique plusieurs titres. Artiste recycleur, rebelle, multidisciplinaire, ce « gitan des Îles » est tout ça, et plus encore. Depuis une quarantaine d’années, il dessine, peint des toiles, décore des vitrines, fabrique des enseignes publicitaires, sans oublier ses modèles réduits, œuvres uniques en leur genre. Très souvent, il utilise des objets du quotidien, qu’il recycle, pour le plaisir de créer ses œuvres, alliant ainsi l’art à l’écologie. Son atelier, attenant à sa maison, regorge de son immense production. Ce lieu, véritable musée qui, pour l’instant, n’en est pas un, nous fait voir tout le talent inventif et l’imaginaire d’un homme qui, toute sa vie, a voulu faire… ce qu’il aime. Découvrons ce grand passionné.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Cela fait déjà un certain nombre d’années que, dans maints pays, l’on fait état des inégalités croissantes entre un petit nombre d’individus richissimes, à la tête d’immenses compagnies multinationales, qui en possèdent bien plus que la majorité des habitants des pays où ils agissent. C’est ce 1 % d’ultrariches face au 99 % des autres. De plus, l’écart entre les pays dits « riches » et la majorité des autres, dits « pauvres », ne fait que s’accroître. Ces inégalités suscitent la grogne dans certains pays, tel le mouvement des « gilets jaunes », en France, en réaction, entre autres choses, à l’élimination, par le président Macron, de l’ISF ou impôt sur la fortune. Malheureusement, ces inégalités ne semblent pas vouloir s’atténuer, bien au contraire.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • De tous les gestes que l’être humain puisse faire pour venir en aide à son prochain dans le besoin, aucun n’est plus grand que le don d’une partie de soi, que le don d’organe. Mélisa Devost, jeune femme madeleinienne, a poussé l’amour entre sœurs jusqu’à accepter de donner un rein à sa sœur cadette, Murielle. Un exemple à suivre pour nous tous, si l’occasion se présente…

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Dans le dictionnaire Larousse, on trouve la définition suivante pour l’expression « Plafond de verre : barrière sociale ou professionnelle implicite, empêchant l’ascension d’une personne, d’un groupe. » Puis, pour l’expression « crever le plafond », on ajoute ceci : dépasser la limite normale. S’il est une femme, fière Madelinienne de surcroît qui, depuis plus de trente ans, a contribué à briser ce plafond de verre et à promouvoir l’égalité hommes-femmes dans le milieu de la construction, c’est bien Sylvie Déraspe, compagnon opératrice de pelles mécaniques et formatrice agréée en santé-sécurité, engins de levage et équipements lourds. Portrait d’une battante…

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Aux Îles de la Madeleine, il y a des êtres qui ont à un point tel marqué la vie de la communauté qu’on s’imagine qu’ils ont été là, de tout temps. Jean-Marc Cormier est de ceux-là. Livrant aujourd’hui un vaillant combat contre la maladie, cet homme des plus attachants a eu une vie bien remplie. Ils sont rares les habitants des Îles qui ne l’ont pas connu. En effet, beaucoup de Madelinots et de Madeliniennes ont pu bénéficier de son œuvre bienveillante. Mentionnons, entre autres réalisations, ses 28 ans comme professeur de musique à la polyvalente et sa participation, majeure, en tant qu’un des instigateurs de la belle aventure du célèbre Café de La Grave. Écoutons cet homme nous raconter sa vie, de sa belle voix de baryton.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Il y a plein de petits garçons qui, dans leur enfance, rêvent d’un jour devenir pilote d’avion. Nicolas Thériault était de ceux-là… et il a réalisé son rêve. Depuis six mois, ce Madelinot, né en 1983 à Havre-aux-Maisons, est commandant de bord pour Air Transat, l’une des grandes compagnies d’aviation canadienne, après avoir été, pendant six ans, copilote. Avant, il a travaillé, pendant cinq ans, chez Pascan.

    Il faut dire que, dès sa tendre enfance, Nicolas baigna dans le milieu de l’aviation. En effet, son père, Jean-Yves Thériault, fut gérant chez Québécair et puis pour Inter-Canadien, ici à l’aéroport des Îles, pendant 25 ans. Il eut une grande influence sur le choix de carrière de son fils, à qui il inculqua la passion des avions.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Le dictionnaire définit la dinanderie ainsi : « Art médiéval de la production d’objets en laiton coulé, travail artistique du cuivre ou du laiton en feuille par martelage. » Quand on pénètre dans l’atelier de travail de Claude Bourque, sis à l’Étang-du-Nord, face à la mer, on est tout de suite saisi par la pléthore d’objets et de matériaux divers qui remplissent l’espace. C’est plein d’œuvres, achevées ou en voie de réalisation. Tout cela témoigne de l’activité intense qui s’y déploie. L’imaginaire créatif de cet artiste émérite suinte de toutes parts, nous laissant entrevoir un aperçu de la richesse de son inspiration.

    Né près de l’église de Lavernière, à l’Étang-du-Nord, en 1964, Claude a un frère aîné, Yves, qui vit à Québec. Son père, Nestor Bourque, aujourd’hui décédé, était garde-pêche. Sa mère, Olivine Gallant, toujours vivante, à 80 ans, était caissière à la COOP l’Unité, à Lavernière. « J’ai passé mon enfance dehors, avec mes copains, à jouer dans le bois, au football, au hockey boule et au hockey sur glace, dont j’étais un maniaque. » Après ses études primaires et secondaires aux Îles, Claude a étudié, pendant un an, au Cégep de Sainte-Foy, à Québec, en sciences pures. Il a alors pensé, brièvement, à une carrière de vétérinaire, mais il a vite plutôt opté pour les arts visuels, sa matière préférée. Il est donc allé à l’Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick, où il a obtenu, en 1986, un baccalauréat en arts visuels, avec une majeure en céramique et gravure. « C’était plus près des Îles et j’ai pu y étudier en français. »

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • À 85 ans bien sonnés, Byron Clark, né à Old Harry, à Grosse-Île, reste des plus actifs, alors qu’il s’apprête à publier son huitième ouvrage, à caractère historique, relatant divers aspects et différentes époques de la vie de la communauté anglophone des Îles, principalement. « Ce travail aide à garder ma mémoire active », dit-il, tout en constituant, pour nous, un legs de la mémoire collective du passé.

    Les origines familiales de Byron sont doubles, anglaises du côté de son père et irlandaises, du côté de sa mère. L’arrivée des Clark au Canada, venus s’installer en Nouvelle-Écosse, remonte au dix-neuvième siècle. James Clark, l’arrière-arrière-grand-père de Byron, fut le premier, en 1828, à venir vivre aux Îles. Frank, le père de Byron, était menuisier, constructeur de bateaux, pêcheur de morue, marin, durant la Première Guerre mondiale et travailleur des postes, à Old Harry. La mère de Byron, Annie Bell, était d’origine irlandaise, son père étant né à Belfast, en Irlande du Nord.

    1 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • « L’hiver a tourné le visage, le gel a craqué sous le pont. Ça crie dehors et ça voyage, dans le chemin des trois maisons. » Extrait de la chanson Le chemin des trois maisons.

    Auteur-compositeur-interprète de chansons bien connu, également écrivain, Georges Langford a créé, depuis plus de cinquante ans, une œuvre musicale et littéraire d’une grande richesse. Dans ses chansons et ses écrits, il est souvent question de ses Îles chéries, qu’il aime passionnément et qu’il a fait connaître à l’extérieur de l’archipel. On peut certes dire de ce grand timide que c’est notre barde bien à nous.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • L’un aura passé quatre ans aux Îles, l’autre y a été prêtre pendant près de 20 ans. Les deux se sont connus pendant leurs études et se sont retrouvés ici. Bientôt, ils vont nous quitter afin de poursuivre leur vie et leur apostolat ailleurs. Allons à la rencontre de ces deux disciples de Jésus.

    Claude

    Claude Gosselin est né le 22 janvier 1959, à Saint-Louis-de-Pintendre, un petit village près de Lévis. Ses parents, Marcel Gosselin et Juliette Aubert, aujourd’hui décédés, étaient propriétaires d’un garage et d’un restaurent attenant. La famille de cinq enfants, quatre garçons et une fille, dont Claude est le benjamin, vivait au-dessus de ce commerce d’entreprise familiale. « Mon terrain de jeu était le garage et le restaurant. Je m’amusais à jouer avec… les clients. Cela a fait de moi un être très sociable. Encore aujourd’hui, je suis à l’aise quand il y a plein de gens autour de moi. » Claude a donc vite appris ce qu’est la notion de servir, qu’il a par la suite continué de faire dans son sacerdoce. « Le client a toujours raison », rappelle-t-il.

    5 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Les plus âgés parmi nous se souviendront de ce slogan, que les travailleurs et travailleuses scandaient dans toutes les grandes manifestations qui eurent lieu au Québec, dans les années 1970, principalement. À cette époque, les grands syndicats, la CEQ, la FTQ et la CSN, dirigés respectivement par les chefs charismatiques Yvon Charbonneau, Louis Laberge et Marcel Pépin, tous de fortes têtes, confrontaient souvent le gouvernement, afin de revendiquer de meilleures conditions de travail pour leurs membres dans la fonction publique. De tout temps, les syndicats ont été très présents au Québec. Encore aujourd’hui, c’est ici qu’il y a le plus de travailleurs syndiqués en Amérique du Nord, soit plus ou moins 36,3 %. À titre de comparaison, au Canada, le taux de syndicalisation est de 27,2 % alors qu’aux États-Unis, il n’est que de 10,8 %. De 2003 à 2017, Robert Mercier, récemment retraité, a été conseiller syndical pour la CSN, ici aux Îles. À ce titre, il a œuvré afin d’améliorer les conditions de travail et de vie des quelque 1400 travailleurs d’ici affiliés à la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Retraçons le parcours d’un combattant.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Aux Îles de la Madeleine, Mines Seleine, une division de K+S Sel Windsor Ltée, est un pilier de l’économie locale depuis presque quarante ans. Près de 150 personnes y travaillent à l’année, afin d’extraire du sel de déglaçage par la suite acheminé partout au Québec. Égide Leblanc, employé cadre, compte plus de 30 ans de travail au sein de cette entreprise-phare des Îles. C’est un grand passionné de la géologie des Îles, qu’il n’a de cesse d’explorer. Allons à sa rencontre!

    L’enfance

    Né à Pointe-aux-Loups, Égide est le sixième de dix enfants, sept garçons et trois filles, du couple de Jimmy Leblanc à Jean à Onésime et de Bernadette Leblanc à Jim à Constant.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
  • Depuis un certain temps, le dossier hautement important (sic), pour les sociétés canadienne et québécoise, soit la légalisation du cannabis, défraye la manchette des nouvelles, quasi tous les jours. Le gouvernement libéral de Justin Trudeau, respectant une promesse faite en campagne électorale, a fait voter la loi C-45 qui, à compter du 1er juillet prochain, concrétisera la légalisation du cannabis au Canada et, par extension, la décriminalisation entourant l’usage de cette drogue dite « douce ». On pourra donc griller un bon « joint » sans risquer de se retrouver derrière les barreaux. Pour Ottawa, comme pour Québec, il s’agit avant tout par cette nouvelle loi, nous dit-on, de protéger la santé et la sécurité publique. On veut ainsi restreindre l’accès des jeunes au cannabis, faire des campagnes de prévention, mieux contrôler le produit et diminuer l’emprise du marché illégal, soit le crime organisé. Bien sûr, via les taxes appliquées, on envisage aussi des rentrées d’argent sonnant non négligeables.

    0 Facebook Twitter Google + Pinterest
Articles plus récents