Prendre le large

par Hugo Bourque 30 avril 2021
photo_hugo_2

Prendre le large. Partir au loin. Loin des inquiétudes et des embûches. Des fatigues du quotidien et des tracas covidiens. Partir. Découvrir. Aller défourrasser. Trouver du nouveau, du beau, du vrai. Et pourquoi pas du vieux, du faux, du laid? D’abord, qu’on trouve tcheuque chose. N’importe quoi qu’on n’a pas vu depuis un an. C’est ça qui compte.

Prendre le large. Par besoin d’aventure. Par recherche d’émotions. Tanné d’être enfermé entre quatre murs, ligoté devant un Zoom en bas de pyjama usé à la corde. Parce qu’à force de tourner en rond, on finit par creuser son sillon dans son propre salon. Loin des aventures. Loin des émotions.

Prendre le large. Pour voir du monde. Pour voir le monde. Donner des mains, faire des câlins. Se sentir proche. Entendre des éclats de rire. Des vrais. Être même prêt à endurer les vieux qui toussent au théâtre et ceux qui parlent au cinéma. Ceux qui crounchent trop fort au resto et ceux qui te collent de trop près dans le métro. Accepter la proximité. Non! La désirer, cette proximité. Se rapprocher des autres pour se rapprocher de soi. Parce que c’est avec autrui qu’on se définit. Se retrouver entouré. Que la vie nous tourne autour jusqu’à nous étourdir plutôt que s’étourdir à tourner autour de la vie. À trop courir, on manque beaucoup de choses. Trop de choses.

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci