Changer le système

par Michel Saint-Laurent 15 janvier 2021
michelstlaurent

Première présupposition : les systèmes politiques, les idéologies politiques qui dictent le mode de gouvernance dans une société ont une influence directe sur la vie des citoyens, citoyennes. Une personne vivant dans un pays dirigé par un despote, un dictateur, un monarque ou par un dirigeant élu n’a pas les mêmes conditions de vie. Les possibilités de bien vivre, en santé, dignement, librement, de réaliser son potentiel, de s’éduquer ne sont pas les mêmes entre, disons, le Québec et la Biélorussie. L’un est démocratique, avec toutes les réserves que l’on pourrait apporter à cette notion, l’autre est totalitaire, sous le joug d’un despote autoritaire.

Deuxième présupposition : depuis le début des années 1980, une majorité de pays vit à l’ère du « néolibéralisme », ou aspire à y accéder. Le degré d’implantation de cette idéologie économique varie certes d’un pays à l’autre, mais la plupart en sont atteints, que les gens qui y habitent en soient conscients ou non.

Quelles sont donc les principales caractéristiques du néolibéralisme? D’abord, cette doctrine a comme principal objectif sociétal de favoriser la liberté de circulation du capital. C’est sa seule valeur commune, propulsée par la concurrence et la domination des mécanismes financiers. Tout tourne autour de la quête de profit des actionnaires de ces grandes entreprises, qui ne connaissent pas de frontières.

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci