Un p’tit café avec Éverade pis Arthur

par Hugo Bourque 20 novembre 2020
photo_hugo_2

Oué, ben… ça commence à être pas mal frette su’ les moconques pour un café, la vitre de char baissée, de même.

Oué, tu l’as dit, Éverrade. Va falloir s’trrouver une place pourr mémérrer au chaud. Mais moi, badjeuler avec un masse sur la goule ou en arrrièrre d’un Plexiglas, un grros thank yo!

Mais on dira c’qu’on voudra, ça fait du bien pareil d’être dans l’jaune, hein, Arthur?

Quosse que ça change tant qu’ça à ta vie?

Pas grand-chose… mais au moins, on n’a pu besoin d’se cacher pour aller jouer une p’tit game de 150 en gang chez les autres.

Ah ben ça, tant qu’à ça, t’as rraison. Mais tu sais qu’il faut limiter les rregrroupements à trrois ménages, pas plus?

Ben oui, je l’sais, j’ai entendu ça à la radio. Mais tu sais qu’moi… j’suis pas fort fort su’ l’ménage.

Y rreste que j’ai hâte d’avoirr le vaccin pour rrevenirr à la norrmale.

Ben moi, j’trouve que la pandémie a eu du bon pareil. Fini les p’tits becs pour toutes sortes de niaiseries. « On arrive? » Un p’tit bec. « On s’en va? » Un p’tit bec. « Ça fait longtemps qu’on s’a pas vu? » Un p’tit bec. « Un p’tit bec? » Un autre p’tit bec. Des vrais capeutés ! On peut bien être tout le temps malade…

Ah, va donc t’assirre ! C’est toi, Éverrade, qu’est malade!

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
2

Vous pourriez aimer également ceci