Ché pas quoi faire…

par Hugo Bourque 10 juillet 2020
photo_hugo_2

La phrase que j’ai entendue le plus par mes enfants pendant le confinement. Plus souvent que le premier ministre qui nous rappelle de se tousser dans le coude, alors que lui se toussait dans la main… Plus souvent qu’Horacio qui nous parle de sa fameuse courbe à aplatir… Plus souvent que la fameuse question Ben godam, on va t’i’ pouvoir coucher au Nouveau-Brunswick, oui ou non ?

Pourtant, il me semble que nous autres, on avait tout le temps de quoi à faire. Premièrement, dès qu’on revenait de l’école, on enlevait notre linge d’en dedans pour mettre notre linge de dehors. On passait des culottes de jogging gris pâle qui tachent en masse aux culottes de jogging bleu marin qui tachent moins. Après, on était lâché largue dans le parc… Je n’avais pas le choix de me trouver une activité. J’avais jusqu’au souper à m’organiser avec mes problèmes. Papa et maman n’étaient pas avec moi à courir après les papillons pour me montrer comment les attraper dans mon petit pot Masson. Alors, je faisais mes expériences. C’est comme ça que j’ai découvert que si je ne faisais pas des trous dans mon couvercle, les papillons mouraient. Et que si je faisais des trous… les papillons mouraient pareil.

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci