Pot-pourri

par Gil Thériault 15 mai 2020
giltheriault

La bougie d’allumage de l’économie madeleinienne, la pêche au homard, vient tout juste de produire sa première étincelle. À cause de la situation actuelle liée à la pandémie (altération des restos, plus importants acheteurs du produit), on ne sait, par contre, pas s’il y aura de l’essence dans le réservoir pour très longtemps.

Les prix baisseront-ils significativement ? Si oui, est-ce que ça affectera l’industrie pour les années à venir ? Impossible d’y répondre avec certitude pour l’instant, mais pour une grande partie des acheteurs, le homard est devenu un produit de luxe et on se paie généralement du luxe quand on a confiance en notre avenir économique.

J’ai donc l’impression que si le retour à la normale se déroule rondement et que les gens reprennent confiance à leurs moyens financiers, l’industrie du homard pourrait s’en sortir sans trop de mal. Malheureusement, l’incertitude semble, pour l’instant, rester le mot d’ordre.

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci