Entre le toc et la vraie vie

par Nathalie Deraspe 13 décembre 2019
nathaliederaspe

À l’époque, j’ai détesté les Bahamas. Le luxe éhonté de ses hôtels et innombrables yachts versus l’exploitation et la pauvreté imminente de la population locale me choquait trop. La situation n’a pas changé, mais cette fois, j’ai pu davantage entrer en contact avec les Bahamiens. Comme par enchantement, leur chaleur humaine m’a fait oublier tout le reste. Sans compter la énième leçon de résilience…

Les passagers du Provence n’étaient guère impressionnés par cet étalage grotesque de toc américain. Pour nous, le paradis était ailleurs qu’à Paradise Island. C’est pourquoi, après ma dernière baignade, nous avons filé vers « l’autre » Nassau, refusant d’aller écornifler les bien nantis des alentours. Je voulais faire découvrir à mes collègues de navigation une facette inédite des Bahamas : celle que d’autres préfèrent ignorer.

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci