À contre-courant

par Hugo Bourque 6 septembre 2019
hugobourque2

Cinq heures du matin. Il ne se passe plus grand-chose sur le quai de L’Étang-du-Nord. La pêche est finie. Les bateaux se reposent, les goélands aussi. Le bruit du silence caresse mes oreilles. Même le vent chuchote son souffle pour ne pas réveiller l’eau qui dort.

Notre-Dame de l’Assomption trône fièrement au top de la butte rocheuse, face à la maison de la surnommée « démone ». La patronne des Acadiens surveille son anse, patiente et impassible. Après tout, c’est ça, le job d’une statue ; il faut savoir rester immobile…

Mais moi, je cours. Je cours pour me sentir en forme, pour me sentir en vie. En forme de quoi ? En vie pour qui ? Dans ma tête, ça tourne. Les souvenirs se bousculent, se rappellent et remontent en moi comme un ascenseur dans sa tour d’ivoire.

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci