L’entreprise Express Design change de mains

par Dominique Jutras 12 avril 2019
Léonard Arsenault, entouré des nouveaux propriétaires Sébastien Déraspe et Hugo Miousse

L’entreprise spécialisée en design graphique et web, fondée en 1987 par Léonard Arsenault, passe aux mains de nouveaux gestionnaires, Hugo Miousse et Sébastien Déraspe. Après 32 ans de service à la barre de son entreprise, M. Arsenault est heureux que de jeunes entrepreneurs prennent la relève. Express Design, dont les locaux sont situés dans l’Édifice Fernand Cyr à Cap-aux-Meules, offre des services de conception de logos, d’images de marque, d’outils promotionnels, d’affichages, de conception de papeterie, brochures, signalisations, présentoirs, sites web et réseaux sociaux.

Express Design a été la première entreprise en design informatique dans l’Est du Québec. « C’était tout nouveau à l’époque. Il fallait former les gens pour travailler avec ces outils-là. J’ai donné des cours sur Excel et Pagemaker. J’avais deux graphistes, dont Yvon Larochelle. Quand je l’ai engagé, il travaillait à l’ONF et il était en train de faire le film Nathaël et la chasse aux phoques. Il avait le désir de revenir aux Îles. Cela a été une union très productive puisqu’il est encore là et qu’il poursuivra son travail avec la nouvelle équipe », souligne l’entrepreneur.

« J’ai enseigné aux adultes le français, l’anglais, les mathématiques, j’ai fait plein de choses, mais je revenais toujours à Express Design. Ce qui est intéressant, ce sont les relations que l’on a avec les clients, leur appréciation de notre travail. Quand M. Larochelle, fait quelque chose, il s’investit complètement et cela paraît dans les résultats ; les clients apprécient beaucoup. »

Fils de pêcheur de l’Étang-du-Nord, il s’engage dans la marine à 17 ans pour voyager. « Dans les années 60, il n’y avait pas d’électricité ni d’eau courante aux Îles… », dit-il. Dans l’armée, il étudie en radio et communication. Il travaille quelques années pour Northern Télécom pour ensuite retourner aux études en informatique. « Je suis revenu aux Îles où j’ai travaillé à la radio et fondé Express Design. Je n’étais pas graphiste, mais je voulais faire quelque chose qui faisait appel à l’informatique. Tout au début du traitement de l’image par informatique, ce n’était pas en couleur, mais en noir et blanc, avec les petits Macintosh. »

M. Arsenault est un touche-à-tout. Il travaille à la radio, à la municipalité de l’Étang-du-Nord et à la CTMA où il occupera le poste de responsable du marketing et des communications. « Ma compagne, Suzanne Langford, avait pris la direction d’Express Design en 1990 jusqu’à ce qu’elle tombe malade et décède en 2010. »

« Ce fut une période d’effervescence pour Express Design, étant donné qu’on était les premiers à faire ça ; on a créé la signature visuelle d’entreprises qui font aujourd’hui la fierté des Madelinots : la Fromagerie du Pied-de-Vent, Boulangerie Madelon, la Boucherie Côte à Côte, le Fumoir d’Antan, Au Vieux Treuil, le Musée de la Mer et plusieurs autres. »

En 2012, il revient à temps plein dans son entreprise où il réalise des mandats pour trois musées de l’Est, à la Grosse-Île : le Musée de la guerre, la Petite école rouge et la Petite église de Old Harry où Express Design y a réalisé une exposition sur les personnes perdues en mer. « Ce sont de beaux projets dont je suis très fier », dit-il. « Express Design réalise l’image corporative et les outils promotionnels, dont une brochure d’une douzaine de pages pour le nouveau Centre multifonctionnel ; c’est un beau projet sur lequel on travaille présentement. »

M. Arsenault admet que les dernières années ont été difficiles. « Le milieu du design graphique a beaucoup évolué. Avec les outils disponibles, le graphisme s’est démocratisé, la compétition est plus grande et les outils évoluent rapidement. Rendu à un âge certain, même si j’adore ce que je fais, c’est plus difficile de m’embarquer dans des projets d’envergure. »

C’est à l’automne 2018, que Hugo Miousse et Sébastien Déraspe, copropriétaires de l’hebdomadaire Le Radar, se pointent à ses locaux pour lui demander s’il songe à une relève pour son entreprise. « J’avais l’intention de faire quelque chose éventuellement. Cela représente la fin d’un cycle pour moi ; ça fait mal au début de lâcher tout, mais c’est bien, parce qu’Express Design va continuer d’évoluer, pas très loin d’ici, avec son graphiste, Yvon Larochelle. Ce qui m’a plu dans leur proposition, c’est qu’ils voulaient acheter l’entreprise, mais voulaient surtout la faire grandir. Ces gens-là ont le tempérament pour faire ce qu’ils font et j’ai bien confiance en eux pour l’avenir. »

Âgé de 73 ans, Léonard Arsenault se passionne pour la lecture, la photo, les langues, la danse, le voyage, « mais quand on a une entreprise, on ne peut pas partir bien longtemps. À compter de maintenant, je vais pouvoir voyager davantage. » Au moment d’écrire ces lignes, il est quelque part en Europe, cette fois sans date de retour…

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci