Loin des yeux

par Gil Thériault 17 août 2018
giltheriault

Depuis ma tendre enfance, chaque printemps, mon père me demandait de prendre un sac à déchets et ratisser la propriété afin de ramasser les déchets qui s’y trouvaient.

Je me souviens que l’on pouvait facilement remplir deux pleins sacs à poubelle d’objets en tout genre : beaucoup de bouteille en verre, des paquets et filtres de cigarettes, mais également des emballages de toutes sortes. Chose impensable aujourd’hui, c’était l’époque où l’on jetait simplement sa bouteille tétine de Molson et son paquet de Craven A par la fenêtre une fois vidés de leur précieux contenu.

Je refais systématiquement le même exercice chaque printemps et nos efforts collectifs ont sans doute payé puisque maintenant, un petit sac d’épicerie suffit à l’embarrassante récolte. Malgré toutes nos bonnes intentions, il y aura toujours d’irréductibles pollueurs et, surtout, le vent finit toujours par renverser et ouvrir une poubelle ci et là et disperser son contenu à son gré.

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci