L’artiste dinandier

par Michel Saint-Laurent 27 juillet 2018
claude_bourque

Le dictionnaire définit la dinanderie ainsi : « Art médiéval de la production d’objets en laiton coulé, travail artistique du cuivre ou du laiton en feuille par martelage. » Quand on pénètre dans l’atelier de travail de Claude Bourque, sis à l’Étang-du-Nord, face à la mer, on est tout de suite saisi par la pléthore d’objets et de matériaux divers qui remplissent l’espace. C’est plein d’œuvres, achevées ou en voie de réalisation. Tout cela témoigne de l’activité intense qui s’y déploie. L’imaginaire créatif de cet artiste émérite suinte de toutes parts, nous laissant entrevoir un aperçu de la richesse de son inspiration.

Né près de l’église de Lavernière, à l’Étang-du-Nord, en 1964, Claude a un frère aîné, Yves, qui vit à Québec. Son père, Nestor Bourque, aujourd’hui décédé, était garde-pêche. Sa mère, Olivine Gallant, toujours vivante, à 80 ans, était caissière à la COOP l’Unité, à Lavernière. « J’ai passé mon enfance dehors, avec mes copains, à jouer dans le bois, au football, au hockey boule et au hockey sur glace, dont j’étais un maniaque. » Après ses études primaires et secondaires aux Îles, Claude a étudié, pendant un an, au Cégep de Sainte-Foy, à Québec, en sciences pures. Il a alors pensé, brièvement, à une carrière de vétérinaire, mais il a vite plutôt opté pour les arts visuels, sa matière préférée. Il est donc allé à l’Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick, où il a obtenu, en 1986, un baccalauréat en arts visuels, avec une majeure en céramique et gravure. « C’était plus près des Îles et j’ai pu y étudier en français. »

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci