La mémoire du passé

par Michel Saint-Laurent 29 juin 2018
byron

À 85 ans bien sonnés, Byron Clark, né à Old Harry, à Grosse-Île, reste des plus actifs, alors qu’il s’apprête à publier son huitième ouvrage, à caractère historique, relatant divers aspects et différentes époques de la vie de la communauté anglophone des Îles, principalement. « Ce travail aide à garder ma mémoire active », dit-il, tout en constituant, pour nous, un legs de la mémoire collective du passé.

Les origines familiales de Byron sont doubles, anglaises du côté de son père et irlandaises, du côté de sa mère. L’arrivée des Clark au Canada, venus s’installer en Nouvelle-Écosse, remonte au dix-neuvième siècle. James Clark, l’arrière-arrière-grand-père de Byron, fut le premier, en 1828, à venir vivre aux Îles. Frank, le père de Byron, était menuisier, constructeur de bateaux, pêcheur de morue, marin, durant la Première Guerre mondiale et travailleur des postes, à Old Harry. La mère de Byron, Annie Bell, était d’origine irlandaise, son père étant né à Belfast, en Irlande du Nord.

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
1

Vous pourriez aimer également ceci