Elle souffle, nous souffrirons, vous souffrirez

par Gil Thériault 13 avril 2018
giltheriault

«Sauver les baleines ». Encore une expression tronquée qui ne veut strictement rien dire.

Il est très prétentieux de penser que l’on « sauvera » quoi que ce soit. Tout au plus, nous pouvons faire de notre mieux pour atténuer nos impacts négatifs sur une espèce de baleine en particulier. On parle beaucoup ces temps-ci de la baleine noire ou franche. Les anglais la surnomment « right whale » parce que c’était la bonne baleine à chasser par sa lenteur, sa propension à nager en surface et flotter une fois morte.

Les groupes activistes ont à nouveau réussi à tromper l’opinion publique et les politiciens pas très futés et/ou opportunistes (ce qui semble clairement constituer la majorité d’entre eux) en créant et vendant l’idée de la « super baleine ». Comment créer la super baleine? Selon le regretté professeur Arne Kalland, facile. En prenant le plus captivant de chacune des espèces et en en faisant l’attribut d’une seule. Ainsi, la super baleine est le plus grand mammifère au monde (baleine bleue), le plus grand cerveau (cachalot), possède le plus grand poids en ratio cerveau/corps (grand dauphin), chante (rorqual à bosse), opère des pouponnières (certains dauphins), est amicale (baleine grise), est menacée (baleine noire, bleue, boréale…). Aucune des 89 sortes de cétacés ne correspond à tous ces critères, mais au merveilleux monde de Disney, qu’importe.

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
2

Vous pourriez aimer également ceci