Maître de la bagosse

par Michel Saint-Laurent 15 décembre 2017
leonce

D’abord quelques définitions. Dans le Dictionnaire des régionalismes des Îles de la Madeleine, de Chantal Naud, au mot « bagosse », on dit ceci : « De l’espagnol bagozo, résidu des fruits qui entrent dans la fabrication de boissons alcoolisées. » Puis, à « barbocher » on lit ceci : « Barbocher ou bambocher, aller d’un lieu à un autre pour s’enivrer. » Le lien de cause à effet est évident…

Ici aux Îles, Léonce Arseneau est passé maître dans la production artisanale de vins avec son entreprise Le Barbocheux. Apprenons à mieux connaître cet être des plus colorés, qui a du bagou comme pas deux…

Léonce est né à Havre-aux-Maisons sur ce qui, à l’époque, s’appelait le chemin des Billots, aujourd’hui une section de la route 199. Son père, Albert à Alphonse à Cléophat Arseneau, aujourd’hui décédé, était boucher et aussi comptable et professeur. Sa mère, toujours vivante, s’appelle Anita à Christophe Poirier. Elle a 84 ans. Femme au foyer, elle a aussi travaillé à l’hôpital, en cuisine. « L’énergie que j’ai, c’est d’elle que je la tiens. »

* * * * *

Pour accéder au contenu complet, abonnez-vous! Seulement 99$ taxes incluses par an.

Aucun commentaire
0

Vous pourriez aimer également ceci